Espace adhérent
D’un jour à l’autre, les sorties se suivent mais ne se ressemblent pas.

Actualités

D’un jour à l’autre, les sorties se suivent mais ne se ressemblent pas.

2019-04-03T18:18:52+02:00 3 avril 2019|

Mardi dernier, 26 mars, nous partons de Soulaire et Bourg, mais déjà, nécessité de faire un détour en raison de travaux, (là aussi) sur la route. Jacky nous guide, de peur que nous nous perdions. Quel animateur attentionné ! Promenade sans histoire dans la campagne angevine sous un beau ciel bleu azur. Et :

Tout va très bien, monsieur l’animateur, tout va très bien (bis)… (on peut le chanter) pourtant il faut, il faut que l’on vous dise, on déplore un tout petit rien, une crevaison qui s’ renouvelle, au pneu avant puis à l’arrière, c’est pas de chance, monsieur l’animateur, mais à part ça tout va très bien.

Hé oui, pas de chance pour notre compagnon, deux crevaisons à 10 mn d’intervalle à 5 km de l’arrivée. Mais des pneus qui n’avaient pas roulé depuis des lustres et dont le caoutchouc était cuit. Ceci peut expliquer cela, en conclusion, vérifier son vélo avant de partir…

Aujourd’hui, ciel plombé, vent frais et humide, promesse de pluie, nous n’étions pas nombreux à avoir bravé le temps incertain. Pour notre groupe 3, 6 courageux en 2 triplettes 3 hommes, 3 femmes : la parité. C’est la première fois que je voyais si peu de monde au départ.

Jusqu’à Blaison, pas de problème, la route longe le golf puis serpente dans la campagne, Frédéric nous mène à un rythme soutenu mais facile à suivre. A Blaison, la grimpette vers Les Alleuds nous attend, mais nous le savions, ce n’est pas une surprise. Donc, nous poussons sur les pédales et le sommet est atteint.. en soufflant un peu quand même. Après c’est de al promenade sympa, mais François le marin regarde le ciel et nous prédit un grain qui éclate quelques instants plus tard. Chance, un abri bus à proximité nous permet d’attendre que le gros du grain soit passé avant de remonter en selle. Mais chat mouillé craint l’eau (proverbe de mon cru…) A l’unanimité, nous décidons de raccourcir le trajet (conforté par un appel de Jacky). Problème, le GPS n’a pas de plan B. Il faut l’inventer et grâce à Yvonne qui a le plan du parcours, nous pouvons élaborer une route qui nous ramène vers Brissac sans danger au travers de la campagne et vers St Jean des Mauvrets.

Malgré l’ondée, une après-midi sympa, mais qui montre la nécessité d’imprimer les plans des parcours.

Bonne vacances à tous

Jacques M