Espace privé
Des Uatéliens en Afrique du Sud : le blog au jour le jour

Actualités

Des Uatéliens en Afrique du Sud : le blog au jour le jour

2018-11-23T14:30:01+00:00 22 novembre 2018|

En direct d’Afrique du Sud, jour après jour

Samedi 10 novembre – Départ

Décollage de Paris Roissy CDG à 23h30 à destination de Johannesburg.

Vol Air France (A380), nuit à bord. Temps de vol : 10h45

Arrivée le dimanche 11 novembre à 11h15 (+1h de décalage avec la France)

Dimanche 11 novembre – Prétoria

Voyage dans de bonnes conditions, mais long, A380 immense, 500 passagers.

Accueil, à l’aéroport particulièrement moderne de Johannesburg, de Jean-Camille notre guide d’origine camerounaise, habitant au Cap et qui a fait des études de statistique. Démarrage sur les chapeaux de roues sous le soleil et la chaleur !

Déjeuner au Blue Crane, restaurant local chic et entouré de verdure, ambiance cool et agréable.

Visite du Voortrekker Monument qui rappelle l’histoire mouvementée des pionniers afrikaners qui quittèrent la colonie du Cap dans les années 1830 avec leurs chars à bœufs pour échapper à la domination britannique. Foncez vers l’œuvre de James A. Michener ‘l’Alliance’, 2 tomes, et vous saurez tout sur l’histoire de l’Afrique du Sud avant l’apartheid ! C’est passionnant, agréable à lire et fascinant.

Continuation vers Prétoria, capitale administrative de l’Afrique du Sud. Tour d’orientation de la ville, un peu rapide mais c’est incontournable dans les voyages organisés !

Cette capitale est riche en édifices historiques dont l’Union Buildings où siège le Parlement national et où Mandela a prononcé son premier discours de président. Devant ce bâtiment, l’immense statue le représente en train d’embrasser la nation Sud-Africaine.

Lundi 12 novembre – Soweto

Rencontre à notre hôtel avec le chef du service économie de l’ambassade de France.

Une conférence et des échanges intéressants sur ce grand pays émergent, moderne, au fort potentiel, mais qui doit encore œuvrer pour surmonter ses difficultés.

Ensuite, en route pour un demi-siècle d’histoire !

Visite de la ferme Liliesleaf, repère secret de Nelson Mandela où il fut arrêté en 1963 ; le lieu est transformé maintenant en musée.

Visite du musée de l’apartheid à Johannesburg.

Visite du célèbre township SOWETO qui a joué un rôle capital dans la lutte contre l’apartheid. Émotion devant le mémorial dédié au jeune Hector Peterson (13 ans) assassiné par la police lors du soulèvement étudiant en 1976. Arrêt au musée de plein air de Walter Sisulu Square qui célèbre la «Freedom Charter» constituée ici en 1955 par 3000 représentants des différentes organisations de résistance (base de l’actuelle constitution). Chacune des colonnes symbolise une valeur : liberté, respect, responsabilité, diversité, réconciliation, égalité, et démocratie. Visite de la maison de Mandela où il vécut avant son arrestation.

Hébergement dans une maison d’hôte de Soweto très agréable et dîner dans un restaurant local datant de l’apartheid où nous rencontrons encore une fois des Sud-Africains particulièrement souriants et aimables.

Mardi 13 novembre 2018

Direction safari

Départ à 8h vers l’est puis le nord.

Traversée de grandes étendues de 1500 à 2000m d’altitude dans lesquelles les mines de charbon et les centrales thermiques côtoient des fermes, particulièrement bien entretenues, de 10000 à 20000 ha. Maïs, élevage bovin pour la viande.

À la mi-journée, après le repas, visite d’une reconstitution d’un village Ndebele aux cases peintes de motifs géométriques.

Arrivée à 16h dans un lodge pour la visite de la première réserve d’animaux.

Après le franchissement du portail hyper sécurisé, accueil par 2 Koudous. Le safari commence…

Darius, jeune Afrikaner, guide le groupe à travers les 8000 ha sur lesquels vivent 2 des « Big Five » : le léopard et le buffle. Dans un camion d’aventuriers, le groupe se prépare au shooting photographique. Chut ! On y est. Des Springboks (emblème de l’Afrique du Sud) sont aux aguets. Les mâles portent des cornes, pas les femelles. Quelle grâce dans leurs mouvements ! Mais ils sont le buffet des prédateurs.

Plus loin un troupeau de buffles se désaltère. Ces animaux sont dangereux parce qu’ils n’émettent aucun signe avant de charger. Sur les 130 buffles de ce territoire, nous en voyons une cinquantaine. Darius précise que lorsqu’ils deviennent trop nombreux par les naissances, ils vendent quelques spécimens pour préserver le troupeau en bonne santé grâce aux soins que leur apportent les rangers.

Des zèbres, à leur tête un mâle dominant, font leur apparition. Leur robe est bien rayée de noir mais leur pelage est plus marron que blanc. C’est parti, le troupeau galope pour se reformer plus loin où un petit suit sa mère avec application. Soudain, un hippodrague (grande antilope avec des cornes impressionnantes, emblème de l’Angola) se détache sur le fond de la savane dominé par le grand Drakensberg qui traverse l’Afrique du Sud jusqu’à l’océan Pacifique sur 1000 Km. Ces animaux sont soignés et protégés dans cette réserve parce qu’ils sont en danger de disparition. Quelle majesté !

Nous continuons notre safari avec une chance incroyable. Voilà maintenant les élans du Cap (la plus grande antilope du Cap qui ressemble à un Zébu). Les peintures rupestres prouvent que ces animaux étaient très prisés par les Bushmen. Des autruches (noir pour le mâle et gris pour la femelle) flânent à leurs côtés. Nous retrouvons notre souffle pour la suite… Allons-nous voir le léopard ? Ce seront des Goudous, vifs et silencieux comme des fantômes qui traversent la route le long de laquelle les cabbage trees offrent au ciel leur tête de verdure et dans leur racine l’eau qu’ils stockent pour contrer la sécheresse.

Notre retour au lodge est imminent. Surprise ! Des Tessebbe (antilope brune) nous surprennent au détour du chemin. Et pour finir notre parcours, un petit impala broute sans s’occuper du camion. Alors Darius éteint le moteur, le silence se fait et il se met à siffler le petit pour qu’il s’approche. Tête en l’air, oreilles orientées vers Darius, il s’éloigne lentement. La tentative d’approche aurait pu fonctionner.
Nous voilà de retour pour un prochain dîner à 19 h 30.

Mercredi 14 novembre

Après une nuit paradisiaque au Hanna Game Lodge et un réveil très matinal grâce aux chants d’oiseaux multicolores, nous sommes allés visiter l’école publique sponsorisée entre autres par la réserve Hanna Lodge. Le directeur, Steven, nous remercie vivement de l’intérêt que nous portons. Il nous présente son école, ses effectifs et annonce que de nouveaux équipements viennent d’être installés. Les prochains financements serviront au forage d’un puits afin d’être autonome en eau.

Moment très émouvant et particulièrement instructif que cette visite !

Il est toujours bon de rappeler que la société ne progresse que par l’éducation et la culture. En ce sens, cette expérience soutenue par l’État est exemplaire : une école qui accueille les enfants des milieux les plus pauvres et les plus déshérités pour les amener du grade R (niveau maternelle) au niveau 7 au terme duquel ils pourront accéder au lycée vers le baccalauréat.

Ces enfants venant de trois villages différents sont transportés par des bus de l’État et sont nourris sur place, deux mamans choisies pour l’année préparent le repas. Ils vont apprendre à lire, à écrire et à se comporter dans la vie.

Émotion palpable lors de la visite de plusieurs classes en train de composer et tout particulièrement chez les petits qui nous ont interprété quelques comptines chantées et mimées, notamment un « Frère Jacques » repris en chœur en français par les visiteurs d’un jour… que nous garderons tous en notre mémoire !

Après la visite de l’école, nous entamons la route des Panoramas, dominée par la chaîne du Drakensberg avec ses paysages grandioses, pour arriver au fameux Blyde River Canyon, un des plus grands du monde. Nous abordons une région verte et montagneuse de forêts de pins, utilisés pour la pâte à papier, la charpente et le soutènement dans les mines d’or.

Petite marche au-dessus des chutes d’eau et des « marmites de géants », puis restaurant avec vue sur les « Rondavels », rochers en forme de cases africaines et excursion vers la « God’s windows », point de vue spectaculaire sur la grande plaine qui s’étend jusqu’au Mozambique et l’Océan Indien.

Après ces paysages, destination « Pilgrim’s rest » fleuri de jacarandas, ancien village musée dont l’épopée a débuté en 1873 lors de la découverte de la 1ère pépite par W.Paterson.

Une visite au cimetière sur les hauteurs du village font revivre un moment ces mineurs, anglais pour la plupart, qui n’ont pas fait fortune, loin s’en faut. Journée bien remplie mais la fatigue s’estompe avec le dîner autour du « Bundu », feu central pour éloigner les bêtes sauvages.

Jeudi 15 novembre 2018

Nous quittons l’Afrique du Sud pour découvrir le royaume du Swaziland.

Nos passeports méticuleusement examinés reçoivent les deux tampons officiels. Nous voici en « petite Suisse » : grands espaces verdoyants, forêts d’eucalyptus et gros rochers aux formes arrondies.

Arrivés à Mbabane, nous descendons du bus et sommes accueillis par un guide vêtu de l’habit traditionnel des Swazis. Nous embarquons dans deux taxis collectifs vers un vrai village swazi pour environ 8 kms de petites routes, puis de pistes. Arrêt à 1200 m d’altitude à la rencontre d’une famille swazi qui nous offre un déjeuner typique. Après le lavage des mains, nous sommes invités, une fois déchaussés, à nous asseoir sur des nattes, les femmes d’un côté, les hommes de l’autre. Les plats du repas sont déjà disposés au centre de la case. En premier les épouses doivent servir leurs maris, puis se servent, les hommes célibataires et les femmes seules viennent ensuite ! Nous dégustons ces mets avec nos doigts pendant que le guide nous explique les traditions locales.

Notre journée se poursuit par la visite d’une fabrique artisanale de bougies où nous assistons à la naissance d’une girafe entre les mains d’un jeune artisan impressionnant de vitesse et de dextérité.

Cocktail de bienvenue au soleil couchant sur la terrasse du Mantega Lodge pour clore cette très enrichissante journée !

A méditer : « Ceux qui vivent sont ceux qui luttent » (V. Hugo)

Vendredi 16 novembre 2018

Mantenga Lodge 5h, les singes cavalent sur les toits. 6h, le réveil sonne, 6h30 les valises sont sorties, le petit déjeuner nous attend sur la terrasse ensoleillée, 7h30, c’est parti pour une nouvelle aventure. Direction « Milwane Game Sanctory Trust », safari pédestre au programme, tous en file indienne derrière nos valeureux rangers pour éviter les cobras du Cap, pythons et autres boomslangs de venir partager notre petite escapade.

La savane de fin de printemps est verte et parcimonieusement arborée ; au loin la montagne ferme le paysage, dans quel film sommes-nous ?

Quelques cinq zèbres, un croco et trois phacochères plus tard, nous voilà sur le marché typique de « Manzini » : fruits, légumes, couturières, médecins traditionnels, Mr « JE répare tous les vieux trucs électronique » …Tout ce joli monde cohabite joyeusement dans un mélange bigarré et sonore, voire somnolent mais dans une authenticité rafraichissante, loin des « Galeries Lafayette » chères notre guide Jean-Camille.

« Comment ramasse-t-on la papaye ? » demande l’un d’entre nous à une charmante autochtone
« Avec une foufourche ! » lui répond-elle in petto
C’est, chargé de ce nouvel acquis culturel, que nous prenons la direction de la douane swazilandais afin de regagner l’Afrique du Sud : direction « Hluhluwe », point de départ d’un nouvel épisode.

Samedi 17 novembre

« Journée commando »

Lever vers 4 h 45 avec petit déjeuner light.

Répartition du groupe dans 3 voitures 4×4, arrivée au parc de Hluhluwe vers 6 h pour notre safari photo. A peine dans le parc, à côté d’un point d’eau, nous voyons 2 lionnes et 3 lionceaux. Superbe spectacle, les lionceaux jouent sous le regard bienveillant des lionnes.

Un peu plus loin, un troupeau d’éléphants se restaure au milieu des arbres, sur une des collines, nous apercevons des buffles et 2 rhinocéros.

Une tribu de singes déguste des feuilles d’acacia et des fleurs d’hibiscus. Un vautour est perché sur la cime d’un arbre pour repérer une proie.

Une rencontre rarissime se produit dans un virage : 3 lycaons trottinent devant notre véhicule. Nous les suivons jusqu’à un point d’eau où ils prennent un bain de boue. Cette rencontre est d’autant plus exceptionnelle qu’une centaine d’individus est répertoriée dans la réserve, d’après notre guide. Nous continuons notre route et voyons, de plus près, un nouveau troupeau d’éléphants.

La présence d’un lion est signalée par VHF à notre guide. Sur la route qui nous y conduit, une girafe mâle se repose à l’ombre d’un grand arbre et mange des feuilles en guise de petit déjeuner.

Le guide nous informe que le lion « is gone », pas de chance ! Les deux autres groupes l’ont observé.

En poursuivant le périple, nous passons à côté d’un superbe rhinocéros blanc. Arrêt à environ 6 mètres, celui-ci broute tranquillement sans être dérangé par notre présence. Nous avons la possibilité de le voir en gros plan, c’est un adulte d’environ 2 tonnes. Les cornes qui agrémentent son nez sont aussi impressionnantes que la bête.

Plus loin, un troupeau de buffles traverse nonchalamment la piste, de très beaux mâles assurent la sécurité du troupeau.

Sans oublier les phacochères et impalas.

Retour à l’hôtel, nous prenons un solide petit déjeuner avant de reprendre le bus en direction de Durban. Nous nous arrêtons à Zamimpilo pour une visite du marché local. Fruits, légumes et souvenirs en tout genre y sont vendus. Après quelques emplètes, cap sur le village Zoulou reconstitué de Veyane.

Accueil par une guide qui nous explique les règles d’accès au village. Les hommes sont toujours les premiers à y rentrer.

Nous y découvrons les cases traditionnelles. Des femmes zouloues, en habits traditionnels nous présentent des tenues confectionnées avec des perles et leur signification. L’habit des hommes est aussi décrit. Fabrications de sagaies, de nattes nous sont montrées. Nous assistons à une démonstration de danses guerrières avec participation de quelques Uateliens (nes). Grand moment de convivialité, suivi d’un repas zoulou.

Départ du village et arrivée à Durban vers 17 h, tour du centre-ville pour découvrir les principaux monuments et le quartier indien fort animé. Nous quittons le bus et marchons sur la promenade du bord de mer, bien ventée, pour aller jusqu’à l’hôtel Garden Court.

Dîner à quelques encablures, au « Cargo » en compagnie de requins, baracudas et mérous….

Retour at home sous un sympathique crachin, digne de la Normandie.

Repos bien mérité, car demain levé à 5 h au plus tard, pour le départ en avion vers Port Elisabeth.

Dimanche 18 novembre 2018

Après un excellent dîner de dorade parmi les requins, mérous et barracudas, la nuit a été courte. Il est 5h, Durban s’éveille et bon nombre d’africains se baignent déjà dans une eau à 20 degrés.
Envol pour Port Elisabeth chez les Xhosas second groupe ethnique d’Afrique du Sud, duquel était issu Nelson Mandela, après les zoulous. Deux heures de route, à travers plaines puis forêts et collines, en direction du parc national Tsitsikamma, nous permettent de récupérer un peu avant d’entamer une petite balade de mise en bouche pour découvrir une forêt primaire. Découverte d’arbres indigènes notamment le « big tree », un yellowood de plus de 1000 ans et d’environ 8,5m de circonférence et 40 m de hauteur.
Continuation sur la Garden Route où l’on peut voir des proteas (emblème de l’Afrique du sud) et où nous observons beaucoup de terres brûlées, des zones de pâturage, principalement de vaches laitières. Nous poursuivons ensuite sur la « Garden Route » qui longe le littoral. Éloge à la nature entre océan indien, côte déchiquetée battue par d’énormes vagues et forêts.
Déjeuner face à l’océan où ce n’était pas la ruée vers l’or mais la ruée vers les encornets ! Puis promenade digestive et sportive en direction de 3 trois ponts suspendus qui nous ont permis de retrouver notre enfance.
Paysage magnifique qui appelle à l’aventure. Un peu la Bretagne, un peu Hawaï !

Lundi 19 novembre 2018

Programme calme pour cette journée :

Le matin, très belle balade en bateau sur l’estuaire de la Knysna River formant un lagon, qui nous a conduit jusqu’à une passe très dangereuse vers la mer. Cette lagune a la propriété d’être le lieu de vie d’une espèce particulière d’hippocampes (Hippocampus capensis). Repas sur la marina dans une ambiance très estivale.

L’après-midi, visite du parc d’éléphants de Knysna. Après avoir donné un peu de nourriture à base de fruits et de légumes, nous avons pu nous consacrer à une séance photos au cours de laquelle chacun a posé en compagnie de cet animal caractérisé par une majesté imposante pendant son déplacement, un esprit de famille développé et une vive intelligence !

Les photos ont été nombreuses pendant cette journée, en particulier celles des rangers du parc qui ont rencontré un grand succès.

Mardi 20 novembre 2018

Visite de l’école de Melkhoutfontein, créé en 1938, qui accueille 507 élèves défavorisés. Vingt enseignants avec peu de moyens financiers se battent chaque jour, pour l’éducation de ces élèves.

Les langues enseignées sont l’afrikaans (issu du néerlandais ) et l’anglais.

Ces enfants, qui n’ont presque rien, nous ont donné leur plus beau sourire. La devise du ministère de l’éducation est : « Enter to learn, leave to serve ».

Tout près, le projet de la « Fondation Dreamcatcher », tente de récupérer des fonds pour construire un préau, afin de protéger les enfants quand il pleut.

Dans le dispensaire, ouvert trois jours par semaine, les patients attendent leur tour. Les maisons du village, peintes par les enfants, attirent les touristes permettant de récupérer quelques subsides pour la communauté. La suite de notre voyage du jour, nous fait traverser de très beaux paysages agricoles.

Mercredi 21 novembre 2018

Visite de Stellenbosch, petite ville universitaire historique au Cœur des vignobles. Stellenbosch, principale ville de la région des vignobles qui comprend aujourd’hui plus de 100 000 hectares de vignes. Nombreuses maisons de style “Cap Dutch” dites maisons hollandaises.

Départ vers Franschhoek, le « coin des Français ». C’est dans cette très belle vallée que les Huguenots français, réfugiés en Hollande après la révocation de l’Edit de Nantes, commencent au XVIIème siècle la culture de la vigne à partir de cépages français. Le musée des Huguenots rappelle leurs conditions difficiles d’existence en France et à leur arrivée au Cap.

Déjeuner dans une propriété agricole et dégustation de vin

Continuation vers Cape Town.

Jeudi 22 novembre 2018

À 7h départ à destination de Hout Bay pour un embarquement à 8h afin d’observer les otaries sur l’île de Duiker, mer très agitée avec un vent puissant. Retour à 9h par la route de la corniche afin de rejoindre Cape Point. À mi-chemin, arrêt avec une très belle vue sur la rade et l’île aux otaries. Arrivée dans le Table Montain National Park et arrêt au Cape Point pour une montée au phare par funiculaire ou à pied. Puis arrêt au Cap de Bonne Espérance pour un paysage grandiose à photos de groupe. Agréable surprise, « arrosage » de ce passage au Cap par un verre de Nedesburg brut accompagné de biltong (viande séchée d’autruche et de bœuf). La fin de cette journée nous emmène à Simon’s Town pour y admirer les pingouins du Cap en fait des manchots. Cette journée ensoleillée mais ventée a été un enchantement pour nous tous.